Fruits et légumes

Culture du maïs


Culture du maïs


Possible uniquement à des températures supérieures à dix degrés, la culture du maïs nécessite le respect de réglementations strictes et précises, une connaissance approfondie et beaucoup de patience. C'est une plante d'origine tropicale, à l'origine brevidiurna et typiquement macroterma. Il a besoin de températures élevées tout au long de son cycle de vie: non seulement il ne germe pas et ne pousse pas à des températures inférieures à dix degrés, mais il a besoin d'au moins douze degrés pour éviter une naissance aléatoire ou trop lente. Il faut savoir en revanche qu'une baisse de température à trois ou quatre degrés risque de devenir mortelle, de tuer la plante ou de la laisser stressée. Pour la floraison, la condition idéale est de vingt-six degrés centigrades, tandis que pour la croissance, elle est de vingt-deux degrés. Le seuil thermique de dix-sept degrés, en revanche, indique la fin de la saison végétative. Cela ne diminue cependant pas le fait que les excès thermiques peuvent également être nocifs: en particulier, des températures supérieures à trente-deux degrés pendant la floraison, combinées à une faible humidité, peuvent provoquer des stress hydriques et des caryopsis conséquents; le résultat se traduit par un grisonnement incomplet des oreilles, en particulier dans la zone apicale qui fleurit évidemment en dernier. Quant à l'administration de l'eau, le maïs pousse mieux dans les régions qui en été se caractérisent par des pluies régulières et fréquentes: en Italie, elles correspondent aux régions du Nord-Est, où même parfois l'irrigation n'est pas nécessaire. Plante capable de s'adapter sans difficulté à des sols de différents types, elle pousse dans les substrats argileux comme dans les sols sableux, dans les terres brunes, grises, tourbées, rouges, en conditions alcalines et en conditions acides. La culture ne peut cependant pas faire abstraction de la disponibilité de nombreux nutriments et d'une excellente aération de la rhizosphère: les intolérances les plus évidentes ont lieu par rapport à des sols trop compacts, donc très craquelables et asphyxiés, mal structurés.

Comment préparer le sol



Malgré sa grande adaptabilité, cette plante préfère un sol préparé quelques semaines avant de procéder à la plante, par des travaux de creusement et de fertilisation à effectuer à la fin de l'automne précédent. Le creusement peut être fait à la main, avec une pioche ou avec une houe à moteur. Bien sûr, la fertilisation doit être effectuée avec environ deux ou trois kilos de fumier par mètre carré. À l'aide d'une fourche, le fumier est réparti dans les sillons, le fumier placé dans le premier sillon doit être recouvert de terre provenant de la préparation du sillon parallèle, etc. Une fois le traitement terminé, au printemps, avec un râteau ou une houe, les mottes de terre doivent être affinées et les mauvaises herbes doivent être broyées en les nivelant et en éliminant les mauvaises herbes. Le semis a donc lieu au printemps, lorsque la température s'est stabilisée au-dessus des degrés. Les graines, disponibles dans tout magasin spécialisé, doivent être positionnées à deux ou trois centimètres de profondeur, en rangées entre elles à une quarantaine de centimètres d'intervalle. A l'intérieur de la même rangée, en revanche, les trous, qui peuvent être réalisés avec un poinçon, doivent être placés à vingt centimètres l'un de l'autre.

Désherbage



Environ un mois après le semis, lorsque trois ou quatre feuilles sont déjà présentes, les plantes peuvent être éclaircies. En pratique, il est nécessaire d'éradiquer les excès, en ne laissant que les semis les plus vigoureux, de manière à leur assurer suffisamment d'espace et de nourriture pour se développer. Le maïs a besoin d'un arrosage abondant, en l'absence de pluies hebdomadaires. Le sol doit plutôt être préparé à l'avance avec du fumier ou du compost, puis fertilisé avec un engrais minéral à haute teneur en potassium et en phosphore pendant le cycle de production. Le désherbage doit être mis en pratique tous les deux mois, pour permettre au sol d'avoir suffisamment d'air et d'oxygène, tandis que le paillage, qui consiste à placer de la paille, du foin et des feuilles à la base de la plante, empêche ou limite la croissance des mauvaises herbes, et facilite une situation d'humidité favorable. Enfin, pendant l'été, il peut être récolté avant que la barbe, c'est-à-dire la végétation apicale, acquière une couleur excessivement sombre. La méthode de récolte la plus répandue est celle de l'épi, qui se fait à la main; après quoi la panicule est séchée, et enfin les grains sont extraits. Alternativement, vous pouvez opter pour la collecte des céréales, ce qui implique l'utilisation d'une machine spéciale qui collecte et décortique en même temps.

Il convient de souligner que le culture du maïs il doit faire face aux attaques d'insectes comme les foreurs, les grillons et les pucerons qui nichent parmi les grains et sur les feuilles. Bien que le maïs puisse être considéré comme une espèce très résistante, il est parfois sujet à des maladies causées par des champignons, tels que le charbon, qui provoque des tumeurs, et la tige pourrie, qui fait tomber les oreilles. Afin d'éviter ce type de problème, une action préventive est effectuée qui consiste à ne pas placer les graines trop profondément et à réduire l'excès d'humidité du sol. En conclusion, il convient de souligner que pour le maïs, la culture en pot n'est certainement pas recommandée.